Persédélis

D1. Tahtchine

riz, poulet, safran, yaourt, jaune d’œuf, épine vinette, pistaches en bâtonnet

On pense que ce joli plat à plusieurs couches était servi à la cour de Shah Abbas le Grand à l’époque dorée d’Ispahan au XVIIe siècle. Il était autrefois préparé dans des casseroles à fond large, que l’on plaçait dans les charbons chauds du four du boulanger et que l’on laissait cuire pendant de nombreuses heures, de sorte qu’il en résultait une couche de riz croûté merveilleusement disproportionnée.

Tahtchine est toujours perçu comme quelque chose de très spécial en Perse. Plat classique, son nom signifie littéralement “disposé au fond”, enréférence à la couche de riz combinée au poulet pour former un Tahdig* épais. Cette variété unique du riz persan est devenue aujourd’hui un repas à part entière, à base de poulet aromatique enveloppé dans une savoureuse croûte de riz.

* Littéralement fond du pot, le Tahdig est une croûte dorée du riz

Partager

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur email

Partager

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email